Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
180 601 fois le mois dernier
21 673 articles lus en droit immobilier
45 154 articles lus en droit des affaires
24 469 articles lus en droit de la famille
39 802 articles lus en droit pénal
16 225 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT PENAL

Abrégés juridiques

7 Juillet 2014

L’incitation à la haine et à la discrimination

L'incitation à la haine et à la discrimination

Cette page a été vue
3712
fois
dont
179
le mois dernier.

La lutte contre la haine et la discrimination est un des chevaux de bataille du législateur belge. Au début des années 1980, une loi fut instaurée afin de réprimer les actes inspirés par le racisme ou la xénophobie. Cette loi définit les différents types de discrimination ainsi que les justifications qui permettent d’éviter qu’un traitement différencié de personnes ne soit qualifié de discriminatoire.

Une partie des dispositions de la loi prévoit des sanctions pénales applicables aux personnes qui incitent à la discrimination, la haine ou à la violence, ainsi qu’à celles qui font partie d’un groupement ou d’une association qui, de manière manifeste et répétée, prône la discrimination ou la ségrégation.

Un élément fondamental pour qu’il puisse être question d’incitation à la haine ou à la violence, est la nécessaire démonstration d’une intention de son auteur d’inciter à la haine ou à la violence 1. Un fait ne peut être punissable en raison de sa seule matérialité, l’élément moral étant indispensable pour toute infraction, quelle qu’elle soit 2. C’est précisément sur ce point que la charge de la preuve qui incombe au parquet est la plus lourde.

Généralement, l’infraction d’incitation à la haine, la violence ou la discrimination requiert un élément contextuel. L’incitation doit se dérouler dans un lieu public, dans un lieu non public mais ouvert à un certain nombre de personnes ayant le droit de s’y assembler ou de le fréquenter, ou encore par des écrits, des images ou des emblèmes affichés, distribués ou vendus, mis en vente ou exposés aux regards du public. La dernière hypothèse correspond notamment aux messages circulant sur Internet et les réseaux sociaux.

Les peines applicables sont l’emprisonnement d’un mois à un an et l’amende de cinquante à mille euros, ou l’une de ces peines seulement 3. Néanmoins, le taux des peines est plus élevé dans le cas d’un fonctionnaire, officier public ou tout dépositaire de l’autorité ou de la force publique qui, dans l’exercice de ses fonctions, commet une discrimination à l'égard d'une personne en raison de l’un des critères protégés 4.

_______________ 

1. Cour Constitutionnelle, arrêt n° 140/2010 du 16 décembre 2010.

2. Tribunal de police Charleroi, 18 mars 2011, J.L.M.B.,2012/10, p. 479.

3. Article 20 de la loi du 30 juillet 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme ou la xénophobie.

4. Article 23 de la loi du 30 juillet 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme ou la xénophobie.

Paolo CRISCENZO

Avocat au Barreau de Bruxelles
R F
Boulevard Saint-Michel 28
1040 Etterbeek