Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit immobilier
en Droit immobilier
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
44 475 fois le mois dernier
5 313 articles lus en droit immobilier
10 167 articles lus en droit des affaires
6 177 articles lus en droit de la famille
10 064 articles lus en droit pénal
2 448 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Action en justice : tests PCR et vaccins covid19

DROIT IMMOBILIER

Astuces et Conseils

19 Juin 2015

Qu'est-ce que la clause de tontine? Qu'en est-il de la cause de cette convention?

Clause de tontine - Indivision

Cette page a été vue
331
fois
dont
1
le mois dernier.

La clause de tontine est considérée comme étant un contrat aléatoire. Par conséquent, la disparition de la cause après la naissance du contrat n'entraîne pas pour autant la nullité du contrat.

En effet, la convention de tontine constitue, d’une part, un contrat synallagmatique et, d’autre part, un contrat à titre onéreux ; pour de tels contrats, la disparition de la cause, qui constitue une exigence de validité du contrat, n'entraîne pas la nullité du contrat.

Concernant la cause de la convention de tontine, l'existence de celle-ci au sens des articles 1108 et 1131 Code civil, doit en principe être évaluée au moment de la naissance de l'acte juridique dont elle est une condition de validité.

Une convention de tontine qui a pour objet de se fonder sur une relation factuelle ou juridique existante entre les parties, cesse cependant d'exister lorsque cette relation sous-jacente prend fin, la poursuite de la mise en œuvre de la convention ayant ainsi perdu tout son sens. 

Dans cette hypothèse, la clause de tontine n'a plus d'effet de sorte que s’installe une « indivision ordinaire »  qui permet à une des parties de revendiquer le partage en vertu de l'article 815 du Code civil.

_________________________

Cass. (1re ch.) RG C.13.0362.N, 6 mars 2014 (M. / D.), R.G.D.C., 2014, liv. 10, p. 487.