Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit immobilier
en Droit immobilier
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
224 335 fois le mois dernier
25 257 articles lus en droit immobilier
55 315 articles lus en droit des affaires
32 332 articles lus en droit de la famille
46 415 articles lus en droit pénal
21 112 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

CONFERENCE le 27 février 2019 à 14H00 : La crise citoyenne dans le fonctionnement des institutions en Belgique: réflexions profondes pour le changement

DROIT IMMOBILIER

Astuces et Conseils

8 Juin 2015

En présence de vices cachés, l'acquéreur d'un bien immobilier peut-il demander au vendeur la réparation en nature du préjudice?

Vice cache - Défaut - Dommages et intérêts

Cette page a été vue
478
fois
dont
35
le mois dernier.

En principe, l’acquéreur d’un immeuble qui découvre des vices cachés ne peut demander au vendeur la réparation en nature du préjudice subi.

Par contre, il peut obtenir la réparation de son dommage par équivalent par le biais soit de la restitution du prix d’achat contre celle du bien vendu, soit de la restitution d’une partie du prix équivalente à la moins-value causée par les vices.

Dès lors, il est conseillé à l’acheteur d’introduire une clause dans le contrat de vente prévoyant la possibilité d’exiger la réparation en nature du préjudice, afin d’éviter la controverse liée à la validité de cette demande en l’absence d’une telle clause.

L’avantage étant que l’acquéreur puisse imputer au vendeur une obligation contractuelle de réparation en nature dont les modalités sont indiscutables et lui permette d’éviter frais et incertitude liés à une procédure judiciaire.

__________________________________

Jugement du Tribunal civil de Liège, 18 janvier 2011, J.L.M.B., 2013/14, p. 792.