Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit immobilier
en Droit immobilier
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
224 335 fois le mois dernier
25 257 articles lus en droit immobilier
55 315 articles lus en droit des affaires
32 332 articles lus en droit de la famille
46 415 articles lus en droit pénal
21 112 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

CONFERENCE le 27 février 2019 à 14H00 : La crise citoyenne dans le fonctionnement des institutions en Belgique: réflexions profondes pour le changement

DROIT IMMOBILIER

Astuces et Conseils

12 Juin 2015

#87 : Vente immobilière

Vente immobilière - offre - acceptation - formation contrat

Cette page a été vue
107
fois
dont
6
le mois dernier.

Généralement, une vente immobilière est précédée d’une offre, de vente ou même d’achat, à laquelle le destinataire répond favorablement. Lorsque l’offrant est en présence de la personne qui accepte, aucun problème ne se pose quant au moment de formation du contrat de vente.

Par contre, lorsque l'acceptation de l'offre se fait hors la présence de l'offrant, le contrat de vente ne peut se former qu'au moment où l'offrant a eu, ou a pu raisonnablement avoir, connaissance de l'acceptation. Ainsi, lorsque l'offrant n'a été averti de l'acceptation que par un recommandé avec cachet de la poste datant du lendemain de la date d'expiration de validité de l'offre, il peut valablement s'estimer délié de son offre.

Il n’en va autrement que si le destinataire de l’offre parvient à prouver que l’offrant a, préalablement, été informé de cette acceptation par une autre voie. S’il n’y parvient pas, le destinataire de l’offre pourrait, le cas échéant, agir en responsabilité contre l’agent immobilier s’il apparait que c’est par la faute, la négligence, de ce dernier que l’acceptation n’est pas parvenue dans les temps à l’offrant. 

__________________________-

Arrêt de la Cour d'appel Liège, 14 décembre 2012, J.L.M.B., 2014/4, p. 158.