Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
192 835 fois le mois dernier
23 159 articles lus en droit immobilier
43 982 articles lus en droit des affaires
27 516 articles lus en droit de la famille
43 808 articles lus en droit pénal
16 963 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici

DROIT PENAL

Abrégés juridiques

12 Juin 2014

Le recours en annulation : Cour constitutionnelle

Le recours en annulation : Cour constitutionnelle

Cette page a été vue
1108
fois
dont
46
le mois dernier.

La Cour constitutionnelle a le pouvoir de contrôler les normes ayant force de loi au regard des règles qui déterminent les compétences respectives de l’Etat, des communautés et des régions. 1 En outre, la Cour constitutionnelle a aussi le pouvoir de se prononcer sur la violation des droits et libertés fondamentaux garantis par le titre II de la Constitution (articles 8 à 32) ainsi que par les articles 170 (principe de légalité en matière fiscale), 172 (égalité en matière fiscale) et 191 (protection des étrangers).

La Cour constitutionnelle peut être saisie de deux manières, soit par un recours en annulation, soit par le biais d’une question préjudicielle.

Un recours en annulation consiste à solliciter à la Cour constitutionnelle l'annulation d'un acte juridique. Ledit recours ne peut être introduit qu’à l’encontre d’un acte législatif voté au sein d’une des assemblées législatives existant en Belgique, à savoir une loi, un décret ou une ordonnance. 2

Les personnes pouvant introduire un recours en annulation auprès de la Cour constitutionnelle sont : le Conseil des ministres et les gouvernements des communautés et régions, les présidents des assemblées législatives, ainsi que les personnes physiques ou morales qui justifient d’un intérêt. 3

La Cour constitutionnelle peut annuler une norme si elle constate une violation d’un des droits contenus dans le Titre II de la Constitution, ou une méconnaissance des règles qui répartissent les compétences entre les différentes autorités qui composent l’Etat belge. 4 Cela étant, en cas d’annulation, la Cour constitutionnelle n’est pas compétente pour prendre une nouvelle décision à la place de l’autorité dont elle a annulé l’acte. Le cas échéant, c’est cette même autorité qui devra adopter un nouvel acte à la suite de l’annulation.

Cette annulation opère avec effet rétroactif, c’est-à-dire, que l'acte annulé est censé n’avoir jamais existé.

_______________

1. Article 142 de la Constitution.

2. Partant, les arrêtés royaux, arrêtés des gouvernements des communautés et des régions, arrêtés ministériels, règlements et arrêtés des provinces et des communes, ainsi que les décisions judiciaires, ne relèvent pas de la compétence de la Cour constitutionnelle.

3. Article 2 de la loi du 6 janvier 1989 sur la Cour constitutionnelle, M.B., 7 janvier 1989, p. 315.

4. Article 1er de la loi du 6 janvier 1989.