Toggle Menu
4 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit des affaires
en Droit des affaires
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
199 365 fois le mois dernier
20 616 articles lus en droit immobilier
46 391 articles lus en droit des affaires
26 003 articles lus en droit de la famille
40 884 articles lus en droit pénal
16 597 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Débat citoyen en soutien des revendications des gilets jaunes - le 22 janvier 2019 à 15h00 à Silenrieux

DROIT DES AFFAIRES

Astuces et Conseils

23 Novembre 2015

Le fait pour le vendeur de ne pas remettre à l’acheteur le certificat de conformité d’un véhicule d’occasion constitue-t-il un vice rédhibitoire ?

Vente - Garantie des vices caches - Code civil - article 1641 - véhicule d'occasion - Absence de certificat de conformité - résolution judiciaire

Cette page a été vue
735
fois
dont
28
le mois dernier.

La vente d'occasion n'implique pas en soi l'exclusion de la garantie des vices cachés, en ce sens que le vice rédhibitoire affectant un véhicule d'occasion est défini comme celui qui le rend impropre à l'usage auquel il est normalement destiné en tant qu'objet d'occasion.

Même s'il ne résulte pas d'un défaut structurel de l'objet vendu, est considéré comme un vice rédhibitoire le fait pour le vendeur de ne pas délivrer à l'acheteur le certificat de conformité du véhicule, dans la mesure où il rend ce véhicule impropre à l'usage auquel il était normalement destiné, c’est-à-dire être immatriculé pour pouvoir circuler sur la voie publique.

Ce vice caché présente un degré suffisant de gravité pour justifier la résolution de la vente, pour autant le vendeur ait eu connaissance de l’usage auquel l’acheteur destinait la voiture et que le vice ne soit pas apparent dans le chef de l’acheteur profane.

_________________

Liège (13e ch. civ.), 18 juin 2015, J.T., 2015/33, n° 6619, pp. 710-712.