Toggle Menu
4 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit des affaires
en Droit des affaires
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
199 365 fois le mois dernier
20 616 articles lus en droit immobilier
46 391 articles lus en droit des affaires
26 003 articles lus en droit de la famille
40 884 articles lus en droit pénal
16 597 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Débat citoyen en soutien des revendications des gilets jaunes - le 22 janvier 2019 à 15h00 à Silenrieux

DROIT DES AFFAIRES

Astuces et Conseils

18 Juin 2015

#161 : Droit de la responsabilité – Responsabilité des choses – Vice-caractéristique anormale

Droit de la responsabilité - responsabilité des choses - Vice-caractéristique anormale - Article 1384 du Code civil

Cette page a été vue
823
fois
dont
46
le mois dernier.

Il découle de l’article 1384, alinéa 1er du Code civil qu’une personne est responsable non seulement du dommage qu’elle cause par son propre fait, mais également de celui qui est causé par le fait des choses qu’elle a sous sa garde. 

La responsabilité établie à charge du gardien de la chose est toutefois subordonnée à la condition que le dommage soit causé par un vice de cette chose.

La chose est affectée d’un vice si elle présente une caractéristique anormale qui la rend, en certaines circonstances, susceptible de causer un préjudice. Le juge ne peut déduire du comportement d’une chose l’existence d’un vice de celle-ci que s’il exclut toute autre cause que le vice. La preuve incombe à la partie qui demande réparation. 

Il en résulte que la rupture d’une conduite d’eau ne constitue pas la preuve d’un vice de celle-ci puisqu’il n’est pas exclu que la cause du sinistre puisse éventuellement résider dans une fausse manœuvre de la société chargée de procéder à des travaux sur ladite conduite d’eau. Par conséquent, puisque le vice de la chose ne peut être démontré, la commune qui avait la garde de cette dernière, au sens de l’article  1384, alinéa 1er du Code civil, ne peut être considérée comme responsable du dommage causé par la rupture de la conduite d’eau. 

______________________________

Civ. Nivelles, 31 mai 2013, R&J, 2014/2, p. 178.