Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
114 849 fois le mois dernier
5 809 articles lus en droit immobilier
14 994 articles lus en droit des affaires
6 029 articles lus en droit de la famille
12 139 articles lus en droit pénal
4 592 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

NON à la 5G en Belgique : Action en justice

DROIT PENAL

Droit pénal spécial

9 Avril 2015

Le faux et l'usage de faux en écriture

Présentation du faux et l'usage de faux en écriture  (1/7)

Cette page a été vue
12976
fois
dont
95
le mois dernier.

Le faux en écriture est une infraction dont l'auteur, avec une intention frauduleuse ou à dessein de nuire, dissimule la réalité d'une manière déterminée par la loi et dans un écrit protégé par la loi, alors qu'il peut en résulter un préjudice 1.

L'élément central dans l'infraction de faux est l'altération de la vérité. Cette altération peut prendre diverses formes qui seront appréciées par le juge du fond.

________________________________________________________________________________________

Vous avez reçu une convocation de la police pour une audition ( Salduz ) car vous êtes suspecté d’avoir commis une infraction ;Vous êtes inculpé par le juge d’instruction dans le cadre d’une infraction et ce dernier vous met en détention préventive à la prison ;Vous êtes cité devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel ;Vous êtes victime d’une infraction ; 

 « Un avocat, c’est quelqu’un qu’il faut voir avant pour éviter les ennuis après »  PLUS D'INFOS, CLIQUEZ ICI

_______________________________________________________________________________________

Ensuite, cette altération doit porter sur un écrit protégé par la loi. Ces écrits sont ceux qui bénéficient de la foi publique, c'est-à-dire la confiance que les pouvoirs et les particuliers accordent aux formes et aux signes employés dans les relations sociales, pour garantir l'authenticité et la sincérité des actes et des faits qu'ils recouvrent.

Bien que n'étant pas prévu expressément par la loi, l'existence d'un préjudice possible est requise pour que l'infraction soit établie. Cependant, cet élément s'apprécie corrélativement avec l'intention de l'auteur du faux.

Outre le fait d'agir sciemment et volontairement, la loi exige que l'auteur ait agi soit avec une intention frauduleuse, soit avec le dessein de nuire à quelqu'un.

Si la réalisation d'un faux est pénalement sanctionnée, l'usage d'un faux l'est également. L'usage de faux est même une infraction à part entière qui répond à ses propres caractéristiques. Néanmoins, l'auteur du faux est généralement son utilisateur.

PLUS D'INFOS, CLIQUEZ SUR VIDEO EXPLICATIVE  - FICHE PRATIQUE - ABREGE JURIDIQUE. - CODES

_______________

1. Tribunal correctionnel de Bruxelles, 10 mai 2007, réf. 3618.

Paolo CRISCENZO

AVOCAT - BARREAU DE BRUXELLES
R F
Avenue de Tervueren 186/11
1150 Bruxelles