Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
146 849 fois le mois dernier
18 816 articles lus en droit immobilier
31 520 articles lus en droit des affaires
20 564 articles lus en droit de la famille
29 323 articles lus en droit pénal
13 831 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT PENAL

Droit pénal spécial

20 Avril 2015

Le viol

Le viol à l'aide de violences  (4/6)

Cette page a été vue
555
fois
dont
20
le mois dernier.

À l'instar de la contrainte, de la ruse et de l'état de vulnérabilité de la victime, la pratique de violences sur cette personne a pour effet de faire disparaître son consentement. De même, cette présomption d'absence de consentement est irréfragable 16.

Ces violences peuvent être physiques mais également psychologiques (menaces). Plus généralement, on considère que le consentement de la victime est vicié pour cause de violence lorsqu'elle n'a pas pu prendre sa décision en toute liberté. Cela implique que ces violences, quelles qu'elles soient, aient eu une influence sur la victime 17.

En outre, le Code pénal prévoit une disposition spécifique sur le viol avec violence. Selon cette disposition, le viol est réputé avoir été commis à l'aide de violences lorsqu'un acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit et par quelque moyen que ce soit, a été commis sur la personne d'un enfant qui n'a pas atteint l'âge de quatorze ans accomplis. La peine prévue par le législateur est la réclusion de quinze à vingt ans 18.

Dans ce cas particulier, la présomption d'absence de consentement peut être renversée. Le juge peut en effet considérer que la 'victime' d'un viol âgé de moins de quatorze ans, bien que n'étant pas légalement capable de donner son consentement, avait en fait consentie à la pénétration sexuelle 19.

_______________

16. Cass., 5 février 1985, Pas., 1985, I, p. 670.

17. Tribunal civil de Courtai, 17 octobre 1995, A.J.T., 1995-1996, p. 472.

18. Article 375, alinéa 6 du Code pénal.

19. Cass., 5 février 1985, R.G. n° 8743.