Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
212 428 fois le mois dernier
22 736 articles lus en droit immobilier
45 211 articles lus en droit des affaires
29 808 articles lus en droit de la famille
45 186 articles lus en droit pénal
17 044 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT PENAL

Droit pénal général

12 Mars 2014

Le droit pénal général

La classification des infractions  (2/9)

Cette page a été vue
4242
fois
dont
171
le mois dernier.

La première classification des infractions est la plus connue du public. Il s’agit de la division tripartite entre les contraventions, les délits et les crimes. Le législateur a réparti les infractions entre ces trois catégories selon un ordre de gravité. Les crimes étant les infractions les plus graves et les contraventions les plus bénignes. Néanmoins, l’attribution de ces appellations par le Code pénal n’est que partielle et provisoire. Partielle en ce que certains mécanismes entraînent une aggravation ou une diminution de la peine. Provisoire car ce n’est que la peine effectivement prononcée par le juge qui imprimera le caractère définitif d’une infraction. Cette qualification a son importance car elle va déterminer le régime qui s’appliquera à l’infraction. Les règles de récidive, du concours d’infractions ou de la prescription diffèrent selon qu’elles concernent un délit, un crime ou une contravention 3.

Une autre distinction importante est celle qui s’opère entre les infractions instantanées, continues et d’habitude. Cette classification met en relation les infractions avec la durée de leur exécution. Les infractions instantanées comme l’homicide se caractérisent par l’accomplissement d’un fait unique qui s’achève en un instant 4. Les délits continus se réalisent par la création et le maintien d’une situation délictueuse. Il en est ainsi de l’association de malfaiteurs ou de la détention arbitraire 5. Enfin, une infraction est dite d’habitude lorsqu’elle se caractérise par la répétition d’un fait illicite qui, pris isolément, n’est pas susceptible de poursuites. C’est le cas de l’usure 6. L’intérêt principal de cette distinction réside dans le régime de la prescription de l’action publique. Le point de départ du délai correspond au jour de la consommation du fait pour les infractions instantanées, au jour où cesse l’état infractionnel pour les infractions continues et au jour où s’accomplit le dernier fait de la série en ce qui concerne les infractions d’habitude 7.

_______________

3. C. Hennau et J. Verhaegen, Droit pénal général, Bruxelles, Bruylant, 2003, pp. 56-57.

4. Cass., 25 novembre 1992, Pas., I, p. 1302.

5. C. Hennau et J. Verhaegen, op. cit., p. 58.

6. Ibidem.

7. C. Hennau et J. Verhaegen, op. cit., p. 60.