Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit immobilier
en Droit immobilier
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
224 335 fois le mois dernier
25 257 articles lus en droit immobilier
55 315 articles lus en droit des affaires
32 332 articles lus en droit de la famille
46 415 articles lus en droit pénal
21 112 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

CONFERENCE le 27 février 2019 à 14H00 : La crise citoyenne dans le fonctionnement des institutions en Belgique: réflexions profondes pour le changement

DROIT IMMOBILIER

Astuces et Conseils

23 Septembre 2015

Lorsque le bailleur donne congé au preneur pour occupation personnelle, et que ce dernier envoie un contre-préavis, le bailleur sera-t-il toujours tenu de ses obligations ?

Article 3 de la loi du 20 février 1991 - Nivelles civil 10 avril 2013 - Baux - résidence principale - bail verbal - occupation personnelle du bailleur - préavis - contre-préavis - indemnité

Cette page a été vue
136
fois
dont
7
le mois dernier.

Selon l’article 3 de la loi sur les baux, lorsque le bailleur donne congé au preneur pour occupation personnelle, le bailleur doit occuper effectivement occuper le bien personnellement et ce, dans l’année suivant l’expiration du préavis donné au preneur. Si ce n’est pas le cas, il sera redevable envers le preneur d’une indemnité de 18 mois de loyer.

Dans le cas où le preneur donne un contre-préavis au bailleur, cela ne dispense pas le bailleur d’occuper effectivement le bien. L’occupation personnelle doit toujours intervenir dans l'année qui suit l'expiration du congé donné par le bailleur et non dans l'année qui suit l'expiration du contre-préavis donné par le preneur.

__________________

Civ. Nivelles (1re ch.), 10 avril 2013, J.T., 2013/20, n° 6522, p. 383-386.