Toggle Menu
3 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit du travail
en Droit du travail
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
42 356 fois le mois dernier
4 931 articles lus en droit immobilier
8 686 articles lus en droit des affaires
5 520 articles lus en droit de la famille
10 378 articles lus en droit pénal
2 322 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Action en justice : tests PCR et vaccins covid19

DROIT DU TRAVAIL

Contrat de travail

28 Aout 2014

Le statut unique ouvriers-employés : La loi du 26 décembre 2013

Le licenciement manifestement déraisonnable  (7/7)

Cette page a été vue
280
fois

Une nouvelle notion a vu le jour depuis l'entrée en vigueur de la convention collective. Il s'agit du licenciement manifestement déraisonnable.

Le licenciement manifestement déraisonnable est défini par la convention collective comme étant « le licenciement d'un travailleur engagé pour une durée indéterminée, qui se base sur des motifs qui n'ont aucun lien avec l'aptitude ou la conduite du travailleur ou qui ne sont pas fondés sur les nécessités du fonctionnement de l'entreprise, de l'établissement ou du service, qui n'aurait jamais été décidé par un employeur normal et raisonnable ». 51

En ce qui concerne la charge de la preuve du licenciement manifestement déraisonnable, c'est l'article 10 de la convention collective qui réglemente cette question. Cet article prévoit trois hypothèses distinctes déterminant dans chaque situation qui doit prouver le caractère manifestement déraisonnable du licenciement. 52

  • Lorsque l'employeur a communiqué les motifs concrets du licenciement en respectant les formalités, c'est la partie qui allègue les faits qui en assume la charge. 53

  • Lorsque l'employeur n'a pas communiqué les motifs concrets du licenciement en respectant les formalités prévues à cet effet, c'est à l'employeur de prouver que le licenciement n'est pas manifestement déraisonnable. En d'autres termes, c'est sur lui que repose la charge de la preuve.

  • Lorsque l'employeur n'a pas communiqué les motifs concrets du licenciement mais que le travailleur n'a pas adressé de demande pour les obtenir, c'est au travailleur de fournir la preuve d'éléments qui permettent de démontrer que le licenciement est manifestement déraisonnable. 54

L'indemnité qui est due par l'employeur en cas de licenciement manifestement déraisonnable est une indemnité forfaitaire qui peut varier de 3 à 17 semaines de rémunération55

________________

51. Article de la C.C.T. n° 109.

52. Voyez l'article 10 de la C.C.T. n° 109.

53. Article 10, § 1er de la C.C.T. n° 109.

54. W. van Eeckhoutte, « L'obligation de motivation de la C.C.T. n°109. Qui doit fournir la preuve de quoi ? », SocialEye News, Kluwer, 18 février 2014.

55. Article 9 de la C.C.T. n° 109.