Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit de la famille
en Droit de la famille
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
224 335 fois le mois dernier
25 257 articles lus en droit immobilier
55 315 articles lus en droit des affaires
32 332 articles lus en droit de la famille
46 415 articles lus en droit pénal
21 112 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

CONFERENCE le 27 février 2019 à 14H00 : La crise citoyenne dans le fonctionnement des institutions en Belgique: réflexions profondes pour le changement

DROIT DE LA FAMILLE

Successions

23 Avril 2015

Les partages d'ascendants

Définition et base légale applicable aux partages d'ascendants  (1/7)

Cette page a été vue
2524
fois
dont
128
le mois dernier.

Le partage d’ascendant est régi par les articles 1075 à 1080 du Code civil.

Le Code civil ne définit pas le partage d’ascendant. Toutefois, il peut être défini comme étant « l’acte en forme de donation entre vifs ou de testament par lequel un ascendant partage lui-même tout ou partie de la succession ab intestat entre ses descendants, en composant à son gré les lots qu’il attribue à chacun ». 1

En d’autres termes, le partage d’ascendant vise la situation où l’ascendant, par donation ou testament, détermine lui-même le partage de ses biens entre ses descendants, et ce, en précisant les lots auxquels les descendants auront droit (immeuble, argent, voiture, …). 2

La raison d’être du partage d’ascendant est d’éviter le plus possible les conflits susceptibles de naître entre les différents descendants au moment de l’ouverture de la succession du défunt.

En outre, le partage d’ascendant permet à l’ascendant de pouvoir octroyer ses biens aux descendants selon les intérêts de chacun d’eux et ainsi éviter le morcellement des ses biens entre ses enfants. 3

______________________

1. P. Delnoy, Les libéralités et les successions, Précis de droit civil, Collection de la Faculté de droit de Liège, Bruxelles, Larcier, 2006, n° 7.

2. Cass., 23 mars 1944, Pas., 1944, I, p. 269.

3. J. Sace, « Le partage d’ascendant », Rép. Not., Tome III, Livre IV, Bruxelles, Larcier, 1991, p. 36, n° 2.