Toggle Menu
1 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit immobilier
en Droit immobilier
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
38 639 fois le mois dernier
3 883 articles lus en droit immobilier
7 575 articles lus en droit des affaires
5 409 articles lus en droit de la famille
9 922 articles lus en droit pénal
1 686 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Action en justice : tests PCR et vaccins covid19

DROIT IMMOBILIER

Construction

31 Janvier 2014

La construction

Le maître de l'ouvrage  (2/6)

Cette page a été vue
3616
fois
dont
24
le mois dernier.

Comme son nom l'indique, le maître de l'ouvrage est la personne pour laquelle est construit l'édifice. Il finance l'entreprise et est chargé de payer les différents frais liés à la construction. Outre le prix, il doit payer les honoraires de l'architecte, les éventuels travaux nécessaires pour rendre le terrain bâtissable, les coûts qu'implique l'acquisition d'un permis de bâtir auprès des services de l'urbanisme, les taxes imposées et toutes les autres dépenses, prévues ou non, qui peuvent venir alourdir la construction.

Parmi les obligations qui pèsent sur le maître de l'ouvrage, l'une d'elles revêt une importance particulière. Il s'agit d'assurer la réception des travaux. Par la réception, le maitre de l'ouvrage constate la fin des travaux de construction et leur conformité avec ce qui avait été convenu. Cette opération implique d'importantes conséquences juridiques car c'est à partir de ce moment que la propriété et la charge des risques sont transmises au maître. De plus, en agréant les travaux, ce dernier décharge l'entrepreneur de sa responsabilité par rapport aux malfaçons apparentes 2. Ce régime de base est cependant écarté au profit de celui institué par la loi Breyne qui s'applique aux conventions portant engagement de construire, de faire construire ou de procurer une maison ou un appartement qui sert d'habitation 3.

Conformément aux dispositions contenues dans la loi Breyne, la réception doit être scindée en deux étapes. Lorsque les travaux sont achevés, on procède à la réception provisoire qui permet à l'entrepreneur d'éviter les pénalités de retard. Ensuite vient la réception définitive, qui entraîne le transfert de la charge des risques. Cette séparation doit être constatée dans un écrit contradictoire 4, qui mentionne la durée de la période qui sépare ces deux étapes et qui doit nécessairement s'élever à un an au moins 5. Cela s'explique par le fait qu'il faut laisser suffisamment de temps pour que les vices et malfaçons apparaissent. Quant à la propriété du bâtiment, elle s'acquiert au fur et à mesure de la mise en œuvre des matériaux et de leur incorporation au sol ou à l'immeuble en construction 6. Ici transparaît la volonté du législateur de protéger les particuliers qui furent victimes, par le passé, des faillites d'entrepreneurs ou de promoteurs. Il était fréquent que l'entrepreneur tombait en faillite avant l'achèvement des travaux et que le maître de l'ouvrage se retrouvait sans droit de propriété sur la construction inachevée.

_______________

2. L'entrepreneur reste tenu des vices cachés.

3. Article 1er de la loi du 9 juillet 1971 réglementant la construction d'habitations et la vente d'habitations à construire ou en voie de construction (dite la « loi Breyne »).

4. B. Kohl, « La preuve de la réception des travaux dans la loi Breyne », J.L.M.B., 2012/1, p. 44.

5. Article 9 de la loi Breyne.

6. Article 5 de la loi Breyne.