Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
199 365 fois le mois dernier
20 616 articles lus en droit immobilier
46 391 articles lus en droit des affaires
26 003 articles lus en droit de la famille
40 884 articles lus en droit pénal
16 597 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Débat citoyen en soutien des revendications des gilets jaunes - le 22 janvier 2019 à 15h00 à Silenrieux

DROIT PENAL

Astuces et conseils

18 Novembre 2015

Le principe de l'autorité de la chose jugée du pénal sur le civil empêche-t-il le juge civil d'examiner si une vente de gré à gré est entachée d'une lésion qualifiée lorsque le juge pénal a décidé que la prévention d'escroquerie n'était pas établie ?

Autorité de la chose jugée au pénal sur le civil - Escroquerie - lésion qualifiée

Cette page a été vue
492
fois
dont
24
le mois dernier.

Il y a lieu d’invoquer l’autorité de la chose jugée du pénal sur le civil uniquement lorsque l’action civile est fondée sur l’infraction ou sur un de ses éléments constitutifs.

L’autorité de la chose jugée du pénal sur le civil signifie qu’en principe le juge civil est tenu de respecter ce qui a été décidé par le juge répressif.

Toutefois, dans l’hypothèse où le juge pénal a décidé que la prévention d’escroquerie n’était pas établie  en raison du fait que l’inculpé a tenté d’obtenir légalement la remise de la chose dans le cadre d’une vente de gré à gré, cette décision n’empêche pas le juge civil d’envisager par la suite si la vente en question est entachée d’une lésion qualifiée, et dans l’affirmative, d’annuler la vente pour cette raison.

__________________

Bruxelles (7e ch.), 22 mai 2015, J.T., 2015, p. 656.