Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit de la famille
en Droit de la famille
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
142 651 fois le mois dernier
17 363 articles lus en droit immobilier
29 397 articles lus en droit des affaires
19 603 articles lus en droit de la famille
29 211 articles lus en droit pénal
13 220 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT DE LA FAMILLE

Astuces et conseils

11 Juin 2015

#72 : Libéralités et successions - Recel successoral

Libéralités et successions - Recel successoral

Cette page a été vue
789
fois
dont
10
le mois dernier.

Le recel successoral est défini comme suit par l’article 792 du Code civil : « Les héritiers qui auraient diverti ou recélé des effets d'une succession, sont déchus de la faculté d'y renoncer : ils demeurent héritiers purs et simples, nonobstant une renonciation, sans pouvoir prétendre aucune part dans les objets divertis ou recélés ».

Le recel successoral suppose, d'une part, un élément matériel, consistant dans le fait pour un successible de garder des biens qui dépendent d'une succession et, d'autre part, un élément moral consistant dans l'intention frauduleuse de ce successible de diminuer l'actif successoral au détriment soit des autres héritiers, soit des créanciers. Il appartient au juge du fond d’apprécier souverainement si ces éléments sont réunis en l'espèce.

La Cour a considéré que les éléments constitutifs du recel successoral sont réunis dans le chef de l'époux de la défunte qui perçoit, volontairement et sans protestation, des sommes provenant du compte de la défunte et revenant à la succession, et qui renonce à la succession quelques mois après ce transfert, sans restituer les sommes perçues et sans en faire état. 

Partant, le conjoint survivant, coupable de recel successoral, est tenu d'accepter la succession et de supporter le passif.

_____________________

Cour du travail Mons (4e chambre), 4 mars 2009, J.L.M.B., 35/2010, p. 1647.