Toggle Menu
4 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit des affaires
en Droit des affaires
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
199 365 fois le mois dernier
20 616 articles lus en droit immobilier
46 391 articles lus en droit des affaires
26 003 articles lus en droit de la famille
40 884 articles lus en droit pénal
16 597 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Débat citoyen en soutien des revendications des gilets jaunes - le 22 janvier 2019 à 15h00 à Silenrieux

DROIT DES AFFAIRES

Astuces et Conseils

11 Juin 2015

#58 : Droit des assurances

Droit des assurances - aggravation du risque - fraude

Cette page a été vue
381
fois
dont
11
le mois dernier.

La conclusion d’un contrat d’assurance fait naître des obligations dans le chef des parties. Une des obligations du preneur d’assurance est d’informer son assureur de l’aggravation du risque couvert. Cela implique que le preneur déclare les circonstances nouvelles ou les modifications de circonstances qui sont de nature à entraîner une aggravation sensible et durable du risque.

Ne respecte pas cette obligation celui qui, après un premier vol de sa voiture, ne procède pas au changement des serrures, continue de garer sa voiture près du lieu du vol et n’en informe pas l’assureur. Dans pareil cas, le preneur d’assurance s’expose aux sanctions de non déclaration de l’aggravation du risque. En règle, l’assureur ne peut refuser d’intervenir en cas de nouveau vol.

Il n’en va autrement que si le preneur s’est abstenu frauduleusement d’informer l’assureur. Par contre, ce dernier peut réduire ses prestations à concurrence de celles qu’elles auraient été si l’aggravation avait été prise en compte dans le contrat.

Par ailleurs, l’assureur peut même se contenter de rembourser les primes payées s’il démontre qu’il n’aurait en aucun cas, lors de la conclusion du contrat, assuré le risque aggravé du fait qu’un voleur possédait les clés du véhicule.

 _______________

Arrêt de la Cour d’appel de Liège, 13 novembre 2012, J.L.M.B., 2013/35, p. 1792.