Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
142 651 fois le mois dernier
17 363 articles lus en droit immobilier
29 397 articles lus en droit des affaires
19 603 articles lus en droit de la famille
29 211 articles lus en droit pénal
13 220 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT PENAL

JURISPRUDENCE

24 Avril 2014

Jurisprudence en droit belge - Droit penal general - Cour Constitutionnelle: arrêt du 3 avril 20142

Enseignement de la Cour Constitutionnelle  (3/4)

Cette page a été vue
83
fois
dont
3
le mois dernier.

La Cour a considéré que l’article 4, § 6 de la loi du 24 février 1921 relatif aux trafics de drogues :

  1.       Viole

-  l’article 10 et 11 de la Constitution

-  de par le fait qu’il permet que soient confisqués

- des biens qui appartiennent à des tiers de bonne foi qui ne sont pas impliqués dans l’infraction,

- en ce qu’il ne prévoit pas la restitution à ces personnes des choses confisquées

- et ne prévoit pas la convocation de ces personnes afin qu’elles puissent s’exprimer sur la confiscation éventuelle.

  1.       Viole

- aussi le principe de la personnalité des peines qui requiert qu’une peine ne soit imposé qu’à celui qui a commis l’infraction ou qui y a participé

- aussi le droit à la propriété privée (article 16 de la Constitution5) car il n’y a pas de compensation à cette privation de propriété

_______________

5. Article 16 de la Constitution stipule que : « Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d'utilité publique, dans les cas et de la manière établis par la loi, et moyennant une juste et préalable indemnité.»