Toggle Menu
1 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit des affaires
en Droit des affaires
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
56 309 fois le mois dernier
5 074 articles lus en droit immobilier
13 330 articles lus en droit des affaires
7 310 articles lus en droit de la famille
14 327 articles lus en droit pénal
2 358 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

Action en justice : tests PCR et vaccins covid19

DROIT DES AFFAIRES

Astuces et Conseils

13 Novembre 2015

L'atteinte au droit moral sur une oeuvre artistique peut-elle donner lieu à réparation sur base du droit commun de la responsabilité civile ?

Droits d'auteur - droit moral sur une oeuvre - oeuvre artistique - atteinte - responsabilité quasi délictuelle - Dommage réparable - obligations quasi délictuelle - Indemnisation en nature

Cette page a été vue
231
fois

Toute atteinte aux droits d’un auteur, notamment à son droit moral sur une œuvre, peut donner lieu à réparation sur base des articles 1382 et 1383 du Code civil.

Conformément à l’article 1er, §2, de la loi du 30 juin 1994 relative au droit d’auteur et aux droits voisins, l’auteur d’une œuvre artistique a le droit de s’opposer à toute déformation, mutilation ou autre modification de son œuvre ou à toute autre atteinte, de nature à porter préjudice à son honneur ou à sa réputation.

En demandant que l’œuvre, réparée au mépris des règles de l’art et retirée de la vue du public soit reproduite en bronze, un matériau moins onéreux que le matériau d’origine et replacée dans un endroit public, l’auteur de l’œuvre ne commet pas un abus de droit. Une telle réparation en nature ne constitue pas une demande abusive,  alors même que c’est le caractère irréversible des atteintes dont la demanderesse est responsable qui exclut toute autre forme de réparation.

________________

Cass. (1re ch.), 5 mai 2011, AM, 2012, liv. 5, p. 437