Toggle Menu
1 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
135 856 fois le mois dernier
15 136 articles lus en droit immobilier
28 103 articles lus en droit des affaires
17 214 articles lus en droit de la famille
27 227 articles lus en droit pénal
11 963 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT PENAL

Astuces et conseils

5 Octobre 2015

Dans le cadre d'une information et suite à une saisie d'un téléphone portable, la police peut-elle exploiter la mémoire du téléphone, dont notamment, les SMS ?

Procédure pénale - Admissibilité de la preuve - Saisie d'un téléphone portable

Cette page a été vue
794
fois
dont
27
le mois dernier.

En matière pénale, la jurisprudence, en interprétant le Code d'instruction criminelle, a énoncé le principe de la liberté  de la preuve. Autrement dit, tout élément de preuve peut être admis par le juge. La libre preuve implique qu'il existe un nombre illimité d'éléments pouvant fonder la conviction du juge, à condition qu'ils aient été obtenus de manière régulière.

Suite à la saisie d’un téléphone portable dans le cadre d’une information, il est possible d’exploiter la mémoire d'un téléphone portable, dont les messages qui y sont stockés sous la forme de SMS.

Cela étant dit, la prise de connaissance et la saisie d'un message après son arrivée à destination sur un téléphone portable est étranger au champ d'application de l'article 88 ter, § 1 er, du Code d'instruction criminelle qui vise l'hypothèse de l'extension d'une recherche ordonnée par le juge d'instruction vers un système informatique ou une partie de celui-ci qui se trouve dans un autre lieu que celui où la recherche est effectuée.

_________________________

Cass. (2 ech.), 11/02/2015, J.T., 2015/29, n° 6615, p. 634-637.