Toggle Menu
2 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit pénal
en Droit pénal
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
212 428 fois le mois dernier
22 736 articles lus en droit immobilier
45 211 articles lus en droit des affaires
29 808 articles lus en droit de la famille
45 186 articles lus en droit pénal
17 044 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
image article

La 5G à Bruxelles, nouvelle menace pour notre santé !

DROIT PENAL

Astuces et conseils

10 Juin 2015

#40 : Droit judiciaire

Droit judiciaire - expertise - indépendance - impartialité - suspicion légitime

Cette page a été vue
247
fois
dont
13
le mois dernier.

Dans le cadre d’un litige qui lui est soumis, le juge peut charger des experts de procéder à des constatations ou de lui donner un avis d’ordre technique.

Le juge peut désigner les experts sur lesquels les parties marquent leur accord ou déroger au choix des parties par une décision motivée. Les experts désignés doivent exercer leur mission de manière impartiale et indépendante.

À l’instar des juges, un expert judiciaire peut être récusé pour cause de suspicion légitime. En effet, l’expert doit non seulement être indépendant et impartial, mais il faut encore que les apparences d’indépendance et d’impartialité existent.

Ainsi,il ne faut pas que l’expert suscite, dans l’opinion générale, un doute légitime quant à son aptitude à répondre à sa mission d’une manière indépendante et impartiale. Tel est notamment le cas d’un médecin qui, ayant travaillé au sein d’un hôpital, est amené en tant qu’expert à se prononcer sur l’éventuelle responsabilité de cet hôpital dans un litige.

________________

Arrêt de la Cour d’appel de Liège, 17 octobre 2013, J.T., 2014/6, p. 97.