Toggle Menu
1 Avocat(s) expérimenté(s)
en Droit immobilier
en Droit immobilier
  • R Rédacteur
  • F Formation
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Tous nos articles scientifiques ont été lus
76 927 fois le mois dernier
7 299 articles lus en droit immobilier
15 524 articles lus en droit des affaires
9 938 articles lus en droit de la famille
18 299 articles lus en droit pénal
2 602 articles lus en droit du travail
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici
Testez gratuitement pendant 1 mois sans engagement
Vous êtes avocat et vous voulez vous aussi apparaître sur notre plateforme?  Cliquez ici

DROIT IMMOBILIER

Astuces et Conseils

11 Juin 2015

image article

#48 : Saisies immobilières

Saisies immobilières

Cette page a été vue
350
fois
dont
2
le mois dernier.

L’activité d’indépendant comporte de nombreux risques pour les personnes qui l’exercent. Conscient de cela, le législateur a voulu leur assurer une certaine protection contre leur éventuelle infortune.

C’est ainsi qu’un indépendant peut déclarer insaisissables les droits réels, autres que le droit d’usage et d’habitation, qu’il détient sur l’immeuble où est établie sa résidence principale. L’indépendant peut ainsi protéger sa résidence principale en cas d’insolvabilité.

Par indépendant, on n’entend pas uniquement la personne qui exerce une activité en son nom personnel. Sont également considérés comme indépendants, les administrateurs, gérants et mandataires d’une société ou d’une association qui ne sont pas engagés dans les liens d’un contrat de travail. 

L’engagement personnel d’un mandataire d’une société commerciale de garantir les engagements pris par cette dernière doit être considéré comme une créance professionnelle liée à son activité d’indépendant. Cela est important car l’insaisissabilité de l’immeuble ne peut produire d’effets à l’égard des créances qui ne concernent pas l’activité professionnelle indépendante. 

_________________

Décision du Tribunal civil de Verviers, 7décembre 2012, J.L.M.B., 2013, p. 995.