Toggle Menu

DROIT DE LA FAMILLE

Abrégés juridiques

5 Février 2018

image article

Réforme du droit des successions : accroissement de la quotité disponible

Réforme du droit des successions : accroissement de la quotité disponible

Cette page a été vue
818
fois
dont
83
le mois dernier.

Faisant écho à toutes les réformes initiées par le Ministre de la Justice (droit judiciaire, droit des sociétés, droit pénal,…), le législateur a adopté une nouvelle la loi le 31 juillet 2017 modifiant le Code civil en ce qui concerne les successions et les libéralités et modifiant diverses autres dispositions en cette matière[1].

Conformément à l’article 73 de cette loi, les nouvelles dispositions entreront en vigueur le 1er juillet 2018.

Parmi celle-ci, et il s’agit de l’une des modifications majeures, le législateur a fait le choix d’étendre la part dont peut disposer le défunt durant sa vie et/ou par testament. Il s’agit dès lors de réduire la part réservataire des enfants et, corrélativement, d’accroitre la quotité disponible.

Ainsi, l’article 913 ancien du Code civil (qui demeure toutefois en vigueur jusqu’au 31 août 2018) dispose que le défunt peut disposer, de son vivant ou par testament :

 -de la moitié de son patrimoine s’il laisse un enfant à son décès ;

-du tiers de son patrimoine s’il laisse deux enfants à son décès ;

-du quart de son patrimoine s’il laisse trois enfants ou davantage à son décès.

 

Concrètement, si le défunt avait trois enfants, qu’il possédait 90.000€ à son décès et avait fait une donation de 10.000€ de son vivant (soit un patrimoine total de 100.000€), les trois descendants devront nécessairement recueillir 25.000€ chacun (il s’agit de leur réserve), le défunt conservant la faculté de rédiger un testament pour les 15.000€ restant (étant entendu qu’il avait déjà consenti une donation, de son vivant, de 10.000€).

Les trois enfants sont, dans le cas d’espèce, particulièrement bien protégés, étant assurés de percevoir au moins un quart du patrimoine du défunt.

La loi du 31 juillet 2017 a assoupli ces règles, tout en conservant les caractéristiques de la réserve et sa fonction de solidarité familiale[2]

L’article 913 nouveau (tel qu’il sera en vigueur le 1er septembre 2018) du Code civil contient une innovation importante.

Il fixe globalement la réserve à la moitié du patrimoine successoral, quel que soit le nombre de descendants.

En comparaison avec l’article 913 ancien du Code civil, la part de disponible est :

-identique en présence d’un seul descendant (la moitié du patrimoine);

-nettement plus large qu’auparavant en présence de deux descendants ou plus.

 

Ainsi, dans le même cas d’espèce que ci-dessus, les trois enfants recevront chacun 1/3 de 50.000€, soit environ 16.500€, au lieu des 25.000€ chacun sous l’empire de l’ancienne loi.

Le défunt pourra léguer, par testament par exemple, les 50.000€ restants.

Il s’agit d’un choix de société dont la motivation est  exposée dans les travaux préparatoires de la loi du 31 juillet 2017[3]. Le législateur a de la sorte répondu au souhait des citoyens de disposer plus librement et, le cas échéant, plus adéquatement de leur patrimoine[4].

Les enfants demeurent donc protégés (la réserve aurait pu être purement et simplement écartée) -mais un peu moins qu’auparavant- et restent assurés de pouvoir recueillir une portion du patrimoine familial, tout en préservant l’usufruit du conjoint survivant, dont la charge est reportée au maximum sur la part disponible de la succession.

 

                                                                               

                   

                                                                      Arnaud SOORS

                                                                                            Avocat associé

                                                                                            Master Complémentaire en notariat

                                                                                            www.centrius.be

                                                                                            Tel.: 0474/79.71.50

                                                                                            Email : as@centrius.be

 

 

___________

[1] Loi du 31 juillet 2017 modifiant le Code civil en ce qui concerne les successions et les libéralités et modifiant diverses autres dispositions en cette matière, M.B., 1er septembre 2017, p. 81578.

[2] P. DELNOY, Les libéralités et les successions, 5ème éd., Bruxelles, Larcier, 2016, n°172.

[3] Exposé des motifs, Doc. parl., Chambre, 2016-2017, n°54-2282/001,n p. 73 ; Doc. parl. Chambre, 2016-2017, n°54-2282/006 : audition du professeur J.-L. RENCHON, p. 82.

[4] P. DE PAGE et I. DE STEFANI, La réforme du droit civil des successions et des libéralités, Limal, Anthemis, 2017, p. 134.